La disparition des dents de sagesse est-elle liée à l’évolution ?

Ceux qui se sont faits opérer des dents de sagesse peuvent légitimement pester contre le sort : oui, effectivement, l’homme moderne a de moins en moins de dents de sagesse. C’est l’évolution, dit-on ! Normal. Vraiment ?

Les dents dites « de sagesse » sont les dernières à apparaître, entre 16 et 25 ans, à l’âge où l’on est censé avoir acquis une certaine sagesse. Une sagesse toute relative, on ne vous le fait pas dire.

Les « dents de 20 ans », dit-on en Turquie, les « dents de l’amour » en coréen… bref, les dernières à venir servent essentiellement à mastiquer des aliments durs, comme de la viande crue. Ces troisièmes molaires, au nombre de quatre, auraient donc disparu puisque notre régime alimentaire suppose qu’on a moins d’efforts à faire pour mâcher : la cuisson des aliments les rend moins durs, donc plus la peine de broyer péniblement son steak.

28 dents suffisent

Mais, car il y a un mais : il n’y a pas si longtemps que ça que l’on n’a plus besoin de l’intégralité de nos 32 dents et que 28 suffisent. Un peu juste pour mettre en place une évolution. Surtout, l’évolution suppose une adaptation qui apporte quelque chose en plus pour s’adapter à une situation. Si au bout de 10 000 ans de réchauffement climatique, on commence à avoir les doigts de pieds palmés pour mieux survivre aux inondations, ça c’est une évolution. Mais perdre quelque chose juste parce que cela ne sert à rien… c’est ce qu’on pourrait appeler une « évolution neutre ».

En gros, jusqu’à présent, nos ancêtres lointains qui n’avaient pas de dents de sagesse étaient très pénalisés pour manger et l’on peut supposer qu’à cette époque où la moindre faiblesse était une catastrophe, ils survivaient moins longtemps que les autres et avaient moins de possibilités de se reproduire. Depuis que ces dents ne sont plus indispensables à la survie, on peut supposer que les porteurs du gène du « sans-dents… de sagesse » ont pu plus facilement se reproduire et donc multiplier les enfants porteurs de ce gène également.

Quelle utilité à la préhistoire ?

Mais d’autres se posent même la question de l’utilité des dents de sagesse même à la préhistoire : ils estiment qu’en avoir ou pas n’est qu’une caractéristique physique présente ou pas dans le génome. Et il n’y aurait pas de conséquences particulières, un peu comme les yeux bleus ou marrons. On a remarqué en effet des fluctuations de la présence des dents de sagesse en fonction des lieux et des époques. Bref, on en a ou pas… mais ce que l’on mange et la manière dont on vit n’y change rien. Et pas vraiment l’évolution !

Tant pis pour ceux qui croyaient être plus évolués parce qu’ils avaient quatre dents en moins.

Jean Luc Eluard