Covid-19 dans le monde : grippe tranquille au sud, nouvelle stratégie d’hospitalisation et reconfinement

La situation se détériore partout mais les connaissances avancent en même temps. Entre espoirs et craintes, l’actualité de la Covid 19 est toujours sur le fil à travers le monde…

Hémisphère sud : grippe tranquille

Alors que l’hémisphère sud sort de l’hiver, les spécialistes de santé font le constat d’une année particulièrement calme pour la grippe. Alors qu’au mois de mars, ils craignaient énormément un engorgement des hôpitaux avec les cas de Covid-19 et de grippe (les deux pouvant en outre se cumuler), il s’avère qu’il y a eu exceptionnellement peu de grippe, voire aucun cas comme en Nouvelle-Zélande. Un soulagement pour l’hémisphère nord qui suit souvent la même tendance.

Europe : L’OMS maintient la durée des quarantaines

L’OMS estime que l’Europe a atteint « un taux alarmant de transmission » du virus. Elle maintient sa préconisation de quatorze jours pour une quarantaine et prévient du danger de raccourcir ce délai. En France, il est passé à sept jours et plus généralement à dix jours dans beaucoup de pays. Pour l’OMS, les quatorze jours correspondent « à notre compréhension de la période d’incubation et de transmission de la maladie ». Par ailleurs, l’organisation note aussi une baisse de l’âge moyen des personnes hospitalisées à cause du virus.

 

Grande-Bretagne : Dernier arrêt avant reconfinement

Le gouvernement n’exclue pas un deuxième confinement. Le conseil scientifique l’encourage à l’effectuer durant les quinze jours des prochaines vacances d’octobre. En dernier recours pour l’éviter, de nouvelles mesures restrictives ont été prises, notamment la fermeture à 22 heures des pubs et restaurants et l’obligation d’y demeurer assis. Surtout, des amendes très élevées (jusqu’à 11 000 € en cas de récidive) sont prévues pour ceux qui ne respectent pas leur obligation de quarantaine lorsqu’ils ont été testés positifs ou sont classés comme cas contact. L’amende la plus élevée sera systématiquement appliquée aux entreprises qui obligent leurs salariés malades ou soupçonnés de l’être à venir travailler.

Grande-Bretagne (bis) : Le virus évolue peu

Le génome de la Covid 19 mute au fil du temps mais pas très rapidement souligne un rapport de Royal Society. De fait, il faut en tenir compte pour certains tests qui pourraient passer à côté du virus. Mais cette lenteur d’évolution permet aux vaccins en cours d’élaboration de ne pas être pris de vitesse par le virus.

Allemagne : moins de lits réservés

La tendance générale dans le pays est d’abaisser le nombre de lits en réanimation réservés aux patients atteints par la Covid-19. Il était de 35% et s’oriente plutôt vers 10% malgré le nombre sans cesse plus élevé de cas. Mais pour le président de la chambre nationale des médecins, ce chiffre est raisonnable même s’il souhaite maintenir un taux de lits réservés. Selon lui, contrairement au début de la crise, il n’y a plus de pénurie de respirateurs. Par contre, les médecins craignent une pénurie de personnel en réanimation.

Jean-Luc Eluard