Covid 19 : La semaine des (presque) bonnes nouvelles

Derrière la découverte probable d’un vaccin en Allemagne, d’autres bonnes nouvelles ont fleuri cette semaine. L’épidémie progresse encore mais cette succession de découvertes scientifiques laisse percer une éclaircie.

 

Grande-Bretagne : le rhume comme vaccin ?

Une étude britannique a montré que, chez certaines personnes, les anticorps développés contre les formes ordinaires de coronavirus peuvent aussi être efficaces contre le SarsCoV2. Ce sont essentiellement les enfants entre 6 et 16 ans qui possèdent ces anticorps « universels », ce qui pourrait expliquer leur meilleure résistance à la maladie. Ces anticorps préexistants pouvant lutter contre le Covid ne concernent cependant que 5% des échantillons sanguins chez les adultes. Mais pour les chercheurs, cela ouvre des pistes pour un vaccin « générique » qui couvrirait tous les coronavirus, du rhume à la Covid-19. Et éventuellement d’autres pandémies à venir.

 

Grande-Bretagne (bis): Prends tes vitamines…

Le gouvernement envisage un plan pour distribuer de la vitamine D aux groupes les plus à risque. Durant les quatre mois d’hiver, les personnes âgées en résidence et les autres groupes vulnérables recevront une dose de vitamine D. Le gouvernement écossais a déjà mis ce système en place. Produite naturellement par l’action du soleil, la vitamine D apparaît de plus en plus liée à un moins grand risque létal avec la Covid19. Plusieurs études montrent qu’elle joue un rôle de régulation de la réponse inflammatoire de l’organisme au virus.

 

États-Unis : Une aspirine contre la Covid ?

La prise quotidienne de micro-doses d’aspirine fait considérablement baisser les probabilités de gravité du Covid. Selon une étude statistique de l’université de Maryland, les gens de plus de 55 ans qui prennent cette médication (prescrite notamment après un infarctus) ont 44% de probabilités en moins d’être mis sous respirateur et 47% en moins de décéder du Covid. L’effet de fluidification du sang de l’aspirine prévient la formation de petits caillots responsables de problèmes cardiaques ou pulmonaires. Pour les auteurs de l’étude, cela ouvre des pistes pour une médication prophylactique efficace, peu onéreuse et sans danger pour la majorité de la population.

 

Slovaquie : Deuxième tour en baisse

Après une première campagne de tests de toute sa population, la Slovaquie a entrepris ce week-end un deuxième tour de confirmation. Seuls les cantons ayant présentés un nombre négligeable de cas en étaient dispensés. Le nombre très bas de cas positifs (0,63%) confirme le résultat également bas obtenu la semaine précédente.

En Grande-Bretagne, pour la première fois, c’est une ville entière qui sera testée. En deux semaines cette fois-ci, les 500 000 habitants de Liverpool seront dépistés.