Des actus (positives) : préserver son sommeil, les poussins hulotte « tombés » ne sont pas en danger, une limace se décapite et se régénère

Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

1- Comment préserver son sommeil et… sa santé

Florence Heimburger, journaliste scientifique pour Curieux.live sort un livre avec les éditions Prat intitulé comme un slogan « Le sommeil, c’est la santé, dormir, c’est la préserver ».
En s’appuyant sur les neurosciences, la journaliste explique le fonctionnement du sommeil, les différentes phases mais aussi les (trop) nombreux troubles du sommeil. Si l’on dort de moins en moins, décennies après décennies, ce déficit de sommeil peut avoir des conséquences graves pour la santé.

Des problèmes de sommeil accentués depuis la crise sanitaire comme l’explique l’auteure dans l’émission de « Grand bien vous fasse » d’Ali Rebeihi sur France Inter : « On peut dire que depuis l’arrivée de la pandémie, trois quarts des Français souffrent de troubles du sommeil et les causes sont multiples. Il y a, d’une part, la baisse de l’activité physique aussi pendant le confinement, le manque de l’exposition à la lumière du jour qui permet de synchroniser notre horloge interne ».

Alors, Florence Heimburger livre aussi des conseils pour retrouver une nuit complète et non perturbée. A mettre entre toutes les mains avant d’éteindre, à la bonne heure, sa lampe de chevet.
A retrouver sur le site des Librairies indépendantes de Nouvelle-Aquitaine.

 

2- Les poussins de chouette hulotte « tombés » au sol ne sont pas en danger

En pleine nidification des oiseaux, La Ligue de protection des oiseaux vient de rappeler sur sa page Facebook une information bien utile pour les observateurs de la Nature. Non, un poussin de chouette hulotte retrouvé au sol n’est pas en danger. Si vouloir le ramasser et l’amener dans un centre de soin semble être un bon réflexe, il n’en est rien. « Les jeunes chouettes commencent leur vie dans le nid et au fur et à mesure, s’émancipent en quittant celui-ci. Elles se retrouvent au sol, encore pleines de duvet, mais ceci est tout à fait normal dans leur développement, leurs parents les nourrissent toujours, et les défendent contre des éventuels prédateurs. »

Si les poussins semblent abandonnés, il n’en est rien. Les jeunes sont élevés au sol par leurs parents. Et ils ne sont jamais loin. Mieux, ils sont justement partis pour chasser pour leur progéniture. Alors, profitez-en pour les observer (de loin) et veiller par là-même à ce qu’un prédateur ou ne serait-ce que le chat du voisin ne soit pas bien plus mal intentionné que vous…
En revanche, si vous voyez que l’animal est blessé, prenez contact avec un centre de sauvegarde.

3- Une limace se décapite et se régénère

Le processus est incroyable. Une étude scientifique japonaise publiée dans Current Biology nous apprend que des limaces de mer de l’ordre des sacoglosses peuvent d’auto-décapiter avant de générer un nouveau corps. Et pendant plusieurs semaines, elles peuvent vivre sans tête et sans cœur. Et ce n’est pas tout, comme s’en étonne Sciences et Avenir : « ces gastéropodes parviennent aussi à régénérer en quelques semaines un corps entier (organes complexes compris !) à la base de leur cou ».

Pour les chercheuses à l’origine de l’étude, ces limaces de mer réaliseraient cela pour se débarrasser des parasites internes et prolonger leur espérance de vie. Les scénaristes de films d’horreur peuvent en prendre de la graine.

Alexandre Marsat