Des actus (positives) : un dinosaure en train de couver, une carte pour suivre les espèces à découvrir, un requin ressemblant à une raie manta

Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

 

1- Découverte d’un dinosaure en train de couver des œufs au crétacé

Si le T.Rex, premier rôle dans la saga Jurassic Park, a été l’objet d’une controverse scientifique concernant ses plumes qu’il aurait arborées, il est de notoriété que des dinosaures portaient des plumes et couvaient… Celles et ceux qui ont été bercés par les méchants et véloces dinosaures de Jurassic Park ont du mal à se faire à l’idée que les dino pouvaient avoir des plumes colorées.
Alors l’incroyable découverte d’un oviraptor fossilisé couvant ses œufs prêts à éclore devraient les convaincre. La découverte a été réalisée en chine, à proximité de la ville Ganzhou par des paléontologues de l’Université de Yunnan et l’Université de l’Indiana. Cet oviraptor âgé de 70 millions d’années (crétacé) a été décrit par les scientifiques dans la revue Science Bulletin.

Sciences et Avenir précise : « Si de nombreux œufs de dinosaures ont déjà été découverts, peu l’ont été avec un dinosaure adulte à leur côté. Dans ce cas, et c’est la première fois, l’animal est accroupi sur son couvain de 24 œufs et au moins 7 d’entre eux conservent des os ou des squelettes partiels d’embryons non éclos à l’intérieur ».

2- Une carte pour suivre les espèces à découvrir

Tous les ans, les scientifiques découvrent pas moins de 18.000 animaux. Oui 18.000 soit une cinquantaine par jour en moyenne. Malheureusement, ce n’est pas forcément un bon signe pour la biodiversité qui ne cesse de chuter. On identifie des espèces nouvelles déjà présentes sur le globe mais que nous n’avions pas encore décrites et nommées ou bien. Comme nous l’indiquions ici : « C’est juste que l’homme a fini par aller sur leur terrain, à améliorer ses outils d’observation ou à distinguer deux espèces entre elles. La biodiversité, elle, chute inexorablement. »

On connaît 2 millions d’espèces quand on évalue à 10 millions les animaux présents sur Terre.
Pour suivre le chemin encore à accomplir par les scientifiques, des chercheurs de l’Université de Yale ont augmenté leur « Map of Life » sortie il y a 10 ans pour localiser les espèces « d’une nouvelle interface plus ambitieuse encore : une carte des endroits où se cachent encore des espèces inconnues, dites aussi non décrites » comme l’explique Sciences et Avenir. Nommée « Map of Undiscovered Life », la carte est disponible ici : https://mol.org/patterns/discovery

 

3- Découverte d’un requin ressemblant à une raie manta daté du crétacé

C’est un étonnant fossile de requin qui vient d’être découvert au Mexique. Agé de 93 millions d’années, soit le crétacé, il dévoile la richesse des animaux de cette période faste des dinosaures. Son anatomie est celle d’un requin d’1,65 mètre pour 1,90 mètre d’envergure. En effet « cette espèce inédite, baptisée Aquilolamna milarcae et représentant une nouvelle famille (les Aquilolamnidae, ou requins aigles), se caractérise d’emblée par des nageoires pectorales extrêmement longues et fines », comme le souligne le communiqué du laboratoire Géosciences de Rennes dont le chercheur Romain Vullo a dirigé l’équipe internationale à l’origine de la découverte.
Leur étude vient d’être diffusée dans la revue Science. Vous pouvez aussi le découvrir dans la vidéo ci-dessous :

 

Alexandre Marsat