Des actus (positives) : Une grotte sépulcrale de l’âge du Bronze découverte en Charente, Deux nouvelles espèces de tyrannosaures

Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

1- Une grotte sépulcrale de l’âge du Bronze découverte en Charente

Ils n’hésitent pas à parler de « Lascaux charentais », c’est dire si la grotte découverte à Saint Projet, en lisière de La Rochefoucauld connue pour son château Renaissance, est importante. Ici pas de gravures ou peintures du paléolithique, mais la grotte recèle de nombreuses traces d’occupation de l’âge du Bronze, il y a au moins 3000 ans. Longue de 1,4 kilomètre, elle a été découverte en février 2021 par des spéléologues de l ’Association de recherches spéléologiques de La Rochefoucauld suite à des travaux de voiries.

Le ministère de la culture qui a révélé cette découverte début mars ose l’emphase : « elle  revêt un caractère exceptionnel tant par sa richesse archéologique que par son état de conservation (traces de pas ; nombreuses céramiques dont plusieurs dizaines intactes : bols, vases, pots, assiettes… ; restes humains et animaux…) ».
Et d’ajouter que cela « présente un potentiel scientifique remarquable, encore à déterminer mais probablement sous-estimé à ce jour, pour la documentation et la connaissance des traditions funéraires de l’âge du Bronze ».

Il aura fallu déjà une année complète avant de rendre publique la découverte pour protéger ce site exceptionnel car il est un témoin sans équivalent des rites funéraires de l’âge du Bronze. Jérôme Primault, conservateur au service de l’archéologie à Poitiers explique à La Charente Libre : « On voit aussi des restes de foyers, du charbon. Des poteries cachées dans des alcôves. Elles étaient intactes et n’ont pas été mises là par hasard. On voit ainsi une scène funéraire telle qu’elle s’est déroulée il y a 2 500 ans. » Les salles et les galeries déjà observées ont révélés de très nombreuses poteries dans un état de conservation sans équivalent et une douzaine de corps a été comptabilisée.

C’est maintenant plusieurs années d’étude qui attendent les scientifiques. Curieux.live aura l’occasion de revenir sur ces recherches.

 

2- T.rex ne serait pas la seule espèce de tyrannosaure

Révolution au monde des dinos. Le renommé tyrannosaure T.rex ne serait pas l’unique tyrannosaure ayant existé. Deux autres espèces, le T. Regina et T. imperator auraient cohabité avec T.rex comme nous l’explique Sciences et Avenir. Le média rappelle que le doute sur l’espèce remonte à 2010 où e paléontologue Gregory S. Paul s’interroge : « Je me suis demandé puisque tricératops développait de nouvelles espèces si tyrannosaurus, son prédateur, n’a pas fait la même chose sur la même période ».

L’hypothèse est controversée mais elle fait aujourd’hui l’objet d’une publication dans la revue scientifique Evolutionary Biology. Grâce aux nombreux fossiles de T.rex, les chercheurs ont pu enquêter sur les différences au sein de cette espèces et ce notamment en étudiant les dents. Ils expliquent dans leur étude que « la variation du nombre d’incisiformes dentaires est corrélée à la robustesse du squelette et semble également changer avec le temps. Sur la base des preuves actuelles, trois morphotypes sont démontrés et deux espèces supplémentaires de Tyrannosaurus sont diagnostiquées et nommées. Une espèce robuste avec deux petites incisives dans chaque dentaire semble avoir été présente initialement, suivie de deux espèces contemporaines (une robuste et une autre gracile) qui avaient toutes deux une petite incisive dans chaque dentaire. »

Le dénommé « roi des lézards tyrans » aurait donc partagé le pouvoir avec deux autres tyrannosaures. Un game of thrones qui s’est déroulé il y a 66 millions d’années.

Alexandre Marsat