Peut-on dormir comme un loir ? et autres explications sur le sommeil des hibernants

Avec l’arrivée des journées froides, certains animaux se préparent à passer l’hiver blottis dans leur cavité pour une longue période de sommeil protégé du froid. Mais pourquoi dorment-ils tous comme des loirs ?

Dormir comme un loir… ou pas

Le petit grilidé, pas plus grand qu’un mulot, est réputé pour son sommeil profond. L’expression « dormir comme un loir » est assez juste car le loir est censé dormir pas moins de 7 mois de l’année. Après avoir festoyé à l’automne, il prépare sa couche pour de long mois d’hibernation jusqu’au printemps. Intelligent le bougre, il évite ainsi les basses températures et la saison pluvieuse. Gras, plein de calories, il peut ainsi rester dans sa cavité en famille.
Mais il ne faut pas croire que le sommeil est si profond car il n’hiverne pas. Hum !?

Hibernation ou hivernation ?

Dormir profondément ou se réveiller pour aller aux toilettes et ouvrir le frigo ? Là est la question…
L’animal qui hiberne ne règle pas son réveil pour se réveiller uniquement le printemps revenu. Il se lève régulièrement pour aller taper dans le stock de nourritures qu’il a précautionneusement amassées dans son terrier avant que le froid n’arrive. L’hibernante la plus réputée est la marmotte qui reste dormir au chaud protégé des grands froids par la neige au-dessus d’elle.

En revanche, l’hivernant ne va pas passer des semaines entières à dormir. C’est le cas de l’ours qui va se réfugier dans ses pénates pour se reposer.  En gros, c’est comme si on restait tout l’hiver en pyjama dans le canap’ avec plaids, thé chaud et bonnes séries pour glander au chaud et dormir à l’envie.
La vie est belle.

Pourquoi l’homme n’hiberne pas ?

Nous on doit on se lever tous les matins pour aller au boulot. Une vie de chien ? L’hibernation est une protection pour l’animal car il n’a pas de chauffage central et de douche chaude… Surtout, la ressource alimentaire se fait plus rare, il faut donc s’adapter pour survivre. C’est d’ailleurs pour cela que l’on mange plus en hiver. Comme on l’expliquait ici : « Notre corps, dont la température est très précise et qui n’en aime pas les variations, a besoin de calories comme carburant pour se réchauffer. L’activité métabolique doit tourner à fond, le corps va alors chercher les calories des sucres, puis, s’il le faut, celle des graisses. » https://www.curieux.live/2018/12/03/pourquoi-mange-t-on-plus-en-hiver/
Mais d’autres animaux sont comme nous, ils ne dorment pas comme des loirs tout l’hiver. Pour cela, le récepteur TRPM8 s’active pour envoyer un signal d’alerte dès que le froid met en danger notre corps. Un signal qui est absent chez les hibernants. CQFD. Pas la peine de chercher à débrancher ce fichu TRPM8 cet hiver…

Alexandre Marsat