Si vous avez raté les infos scientifiques les plus marquantes ou étonnantes, Curieux.live vous offre une séance de rattrapage

1- Un régime sain et flexitarien permet de rester sous la barre des 1,5°C

A l’heure où beaucoup pense qu’il est largement temps de préparer son summer body, des scientifiques viennent d’annoncer qu’un régime alimentaire sain et flexitarien a aussi la vertu de limiter le réchauffement climatique. Les chercheurs allemands qui se sont penchés sur les effets climatiques des modes de régimes alimentaires sont clairs et très affirmatifs : limiter sa consommation de viande issue d’élevage et augmenter les produits végétaux dans son alimentation, le tout avec moins de produits avec des sucres ajoutés a un effet bénéfique dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Cette piste était déjà connue comme nous l’indiquions dans un article de Curieux en 2019 qui donnait des pistes d’actions individuelles pour réduire ses émissions de GES : « La production d’1 kilo de viande émet ainsi de 5 à 10 fois plus de GES que celle d’1 kilo de céréales ! Manger moins de viande (et mieux), privilégier des circuits courts, des produits non transformés, manger des fruits et des légumes de saison cultivés en plein champ (la production sous serres chauffées émet 10 à 20 fois plus de GES qu’une culture en plein champ) permet également de réduire nos émissions. »

Alors que la production alimentaire est à elle seule responsable de 30% des gaz à effet de serre, les chercheurs allemands du Potsdam institute for climate impact research (PIK) ont décidé de dessiner ce que serait un régime bénéfique pour la planète. Dans leur étude publiée dans la revue scientifique Sciences Advances, ils expliquent comment respecter l’Accord de Paris qui a pour objectif de limiter l’augmentation des températures à 1,5°C.

Pour eux, cela est réalisable si on s’attaque aux fortes émissions de l’élevage des ruminants (pour le lait et la viande) fortement émetteur de méthane. Ils expliquent qu’agir sur ce secteur permet « d’obtenir le même résultat climatique avec moins d’élimination du dioxyde de carbone et des réductions moins strictes des émissions de CO 2 dans le système énergétique, ce qui réduit la pression sur les prix des gaz à effet de serre, les prix de l’énergie et les dépenses alimentaires. »

Un angle d’attaque pertinent face à des consommateurs qui opposent de plus en plus leur porte-monnaie aux enjeux climatiques.

2- Une molécule soignerait la perte d’audition efficacement

Des scientifiques viennent de réaliser une découverte qui intéressera toutes les personnes ayant perdu de l’audition. Et ce à cause de bruits trop forts. Aujourd’hui, il est possible de traiter cette perte due à un traumatisme avec des stéroïdes comme le rappelle Sciences et Avenir qui a repéré cette découverte.

Testé sur un modèle de cochon d’Inde puis sur quelques volontaires, la molécule AC102 injectée dans l’oreille permet de retrouver une très grande partie de l’audition. Dans l’abstract de leur étude publiée dans la revue scientifique PNAS en avril 2024, les chercheurs allemands précisent que le « composé AC102 exerce des effets thérapeutiques en protégeant simultanément les cellules ciliées sensorielles et les connexions neuronales de l’oreille interne, essentielles à la fonction auditive normale ».

Ce traitement porté par Audiocure Pharma va subir un essai clinique de phase 2 avant une potentielle mise sur le marché.

Alexandre Marsat

Newsletter Curieux !
Recevez chaque semaine la newsletter qui démêle le vrai du faux et aiguise votre curiosité !